Rencontre commerçante à Digne-les-Bains

Le réveil en fanfare de la belle endormie

Document sans nom


Après Château-Arnoux, la Chambre de commerce et d’industrie emmenée au pas de charge par son président, accompagné de Jean-Pierre Pradalier vice-président chargé du commerce et commerçant dignois, Thierry Souëtre vice-président chargé de l'hôtellerie et la restauration, Céline Oggero-Bakri adjointe au maire chargée de l'attractivité, a été à la rencontre des professionnels du bassin de Digne-les-Bains suivant en cela la promesse de l'équipe qui assume la nouvelle mandature.

 

Des commerçants motivés


Tout a commencé au café des Sports, cher à Jean Morana. Puis, cap chez Brin de soie où Laude Lacube, jeune commerçante, qui n'a pas hésité à investir récemment dans de nouveaux locaux grâce à la complicité de la CCIT et de son voisin, peut s'enorgueillir de figurer parmi les 100 plus belles enseignes indépendantes de lingerie de France qui en compte 4 000 ! Et la seule à représenter les AHP au plus haut niveau national. Tout aussi enthousiaste, Bruno Lucas qui a créé il y a six ans la Boîte à fromage et qui peut aussi afficher un succès commercial spectaculaire. Chez Catherine Giraud, la dernière épicerie de quartier de Digne, on évoque les commerces pirates qui n'affrontent pas les mêmes charges et qui nuisent alors à la bonne santé des professionnels qui jouent le jeu de la vérité commerciale.

 

Dans l'après-midi, visite de l'hôtel Kyriad sous la houlette de Valérie Barbier, un établissement hôtelier qui a investi dans l'accueil, sur la ville préfecture. Puis, l'agence Rexel animée par Jérôme Darcq et les cuisines Sagne gérées par Dominique Alessandri. Enfin, Le Jardin de Provence récemment acquis par Jean-Philippe Pieri et qui représente cette génération de nouveaux commerçants dignois qui croit en l'avenir économique de la ville chef-lieu.

A signaler aussi, une halte particulière chez Pictis dirigé par Patrice Grangier, nouveau président de l'association des commerçants dignois Cœur de Ville. « Notre premier objectif, c'est d'augmenter significativement le nombre d'adhérents », confesse à la délégation de la CCI, le président Patrice Grangier. Il est vrai qu’on relève 60 cotisants au dernier exercice, sur 250 commerçants recensés. Un groupe de travail s'est constitué pour réfléchir sur l'attractivité du centre-ville, mettant en évidence la nécessité d'améliorer la signalétique vers le centre ancien, et de prolonger d'une heure la durée du stationnement en zone bleue. Le nouveau groupe travaille aussi à la réalisation de projets à court terme, comme « la semaine des courses remboursées », qui au mois d'octobre prochain permettra à 10 personnes tirées au sort, de gagner 300 € de bons cadeaux. Et pour mieux communiquer sur les animations en temps et en heure, Cœur de Ville va créer un site Internet dont les frais seront inclus dans la cotisation qui passe de 100 € à 150 €.


« Nous avons considéré que nous devions agir pour améliorer la visibilité et la lisibilité de notre structure rappellera Roland Gomez et privilégier un contact direct avec les commerçants afin de mieux cerner les préoccupations et les besoins de chacun », satisfait de la qualité de l'accueil que la délégation de la CCIT a reçu tout au long de cette journée. Et de l'écho positif dont les promoteurs de cette initiative peuvent se prévaloir.


La journée est clôturée par un débat organisé dans les locaux de la CCIT avec les mêmes acteurs toujours regroupés autour de Jean-Pierre Pradalier, Cécile Oggero-Bakri, Christophe Barrière, Thierry Souêtre, Philippe Nicolosi, vice-président de la collectivité Provence Alpes Agglomération chargé du développement économique.

 

« L'avenir économique de Digne-les-Bains, c'est sans aucun doute la promotion de tout ce qui gravite autour du bien-être, avec son accompagnement pluriel sportif, du mieux vieillir en complémentarité avec le thermalisme dira Philippe Nicolosi en évoquant la fameuse filière de l'économie senior - la silver économie - que la municipalité de Digne mais aussi l'agglomération souhaite promouvoir à court terme. Et de rappeler qu'un projet de sénioriales de 120 appartements va sortir de terre en plein centre-ville. « Il nous faut créer une image autre que l'image d'une ville administrative et c'est urgent. On n'a pas le droit de se tromper, il faut être visionnaire. La CCIT nous a alerté sur certaines problématiques à résoudre pour la ville de Digne. A nous élus décideurs acteurs du monde économique de les travailler et d'en tirer les enseignements ».

 

Parmi les idées originales en passe d'être réalisées la création d'un « living lab santé » qui aura pour mission de faire émerger les nouveaux outils numériques pour favoriser l’autonomie à domicile, sensibiliser les citoyens à l’impact positif des nouvelles technologies pour la santé et l’autonomie, enfin proposer aux créateurs d’expérimenter leurs innovations santé auprès des usagers et piloter le secteur de la silver économie en favorisant la création de start-up pour générer de l’emploi local. Un local a été acquis pour accueillir cette initiative voisinant la Maison de santé qui existe déjà en six points de la région PACA. Enfin, les participants ont mis en exergue le principal atout spécifique à Digne-les-Bains voire au département à savoir la proximité entre tous les acteurs du monde économique et les décideurs institutionnels. Une proximité qui peut faire avancer les choses...

 

Article : Bernard Fali

À voir