De la dévitalisation commerciale à la redynamisation des centres-villes

Avec plus d’un rideau baissé sur dix, la vacance commerciale touche l’ensemble des villes françaises à l’exception des métropoles et des villes les plus touristiques. Les villes moyennes et petites sont les plus touchées par ce phénomène et dans les Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains et Manosque ne font pas exception. Face à ce constat, la chambre de commerce et d’industrie accompagne les collectivités dans leurs stratégies de revitalisation commerciale de leurs centres-villes.

La problématique de la vacance commerciale en France

D’après les travaux menés par l’Institut pour la Ville et le Commerce, en partenariat avec PROCOS, le taux de vacance commerciale dans le cœur des agglomérations de plus de 25 000 habitants est, en moyenne, de 11,3 % en France, en 2016.

Ce phénomène de vacance commerciale a tendance à s’amplifier pour l’ensemble des villes françaises : de 6,2 % de locaux vacants recensés en 2001 nous sommes passés à 11,3 % en 2016. Entre 2001 et 2012, la progression a été contenue à un point, passant de 6,2 % à 7,2 %. Depuis 2012, le taux de vacance commerciale progresse d’un point par an.

Outre cette progression moyenne, pour l’ensemble des villes, on constate une dégradation particulière pour les villes petites et moyennes : près de 60 % des agglomérations de plus de 25 000 habitants ont un taux de vacance supérieur au taux critique de 10 % (contre seulement 10 % de ces dernières en 2001).

Dans les centres-villes des petites et moyennes agglomérations (jusqu’à 100 000 hab.), les plus concernés par ce phénomène, le taux de vacance commerciale dépasse aujourd’hui les 12 %.

La déprise commerciale du centre-ville de Digne-les-Bains

Parmi ses actions d’accompagnement des collectivités sur ces problématiques, la CCI a réalisé en 2018 une étude de l’offre et de la vacance commerciale du centre-ville de Digne-les-Bains.

A l’instar des autres villes de France, le centre-ville de Digne-les-Bains est fortement impacté par ce phénomène.
Quatre-vingt-dix cellules vacantes ont été recensés dans le centre-ville de Digne-les-Bains dont 77 dans le périmètre du quartier prioritaire « centre-ancien ». La surface totale des locaux vacants est légèrement supérieure à 7 000 m² soit l’équivalent de la superficie de l’hypermarché Carrefour et de sa galerie marchande situés en zone commerciale périphérique.

Le taux de vacance commerciale s’élève à 26 % sur le pôle commercial du centre-ville, il est deux fois supérieur à la moyenne constatée en France dans les centres urbains équivalents. Dans le centre-ancien ce taux grimpe à 33 % et il est contenu à 11 % hors centre-ancien.

Le principal emplacement qui concentre les cellules vacantes est la rue de l’Hubac avec 22 locaux inoccupés occupant une surface libre d’activités de 1 240 m².

Les autres espaces commerciaux historiques du centre-ancien sont dans un état encore plus avancé de friche commerciale :
- A l’est, de la place du Marché à la place de l’Évêché en passant la rue de l’Ancienne Mairie, deux locaux sur trois sont vacants.
- Même constat à l’ouest, avec la rue de Provence et la place Pied de Ville où les deux tiers des cellules commerciales sont vacantes.

Quelles solutions pour redynamiser les centres-villes

L’ensemble des acteurs et spécialistes de ces problématiques s’accordent pour convenir de l’absence de solutions miracles. Pour autant on observe de bonnes pratiques dans d’autres villes, des initiatives pragmatiques ou innovantes qui ont permis notamment de limiter la propagation de la vacance commerciale. Ces expériences réussies ont montré que la reconquête commerciale des centres-villes passe par la mise en place de politiques volontaristes globales sur cinq leviers d’actions :
- Inciter à définir des stratégies locales pour le développement du commerce,
- Favoriser le maintien des équilibres commerciaux entre centre et périphérie,
- Coordonner les actions des acteurs,
- Accompagnement les commerçants dans leur adaptation au commerce de demain,
- Mobiliser une gestion du foncier commercial par la puissance publique en cas de défaillance du marché.
 

À voir

CCIT

Votre contact :

Laurent POMÈS
Tél : 04 92 30 80 99
Mail : observatoire@digne.cci.fr