La Société Alpine de Réseaux Électricité

Un parcours exemplaire, une réussite emblématique

Avec le temps la Sare se bonifie avait lancé Patrice Bague, le fondateur de la Société alpine de réseaux et d’électricité (Sare) installée quartier du Fournas à Saint-Auban, à l'occasion de l'anniversaire de ses 25 ans d'existence cet été en présence de nombreuses personnalités. 

A cette occasion, Patrice Bague avait remercié tous les acteurs de cette réussite économique. Des acteurs qui ont obéi à certains mots d'ordre. Le travail d'abord « Partis de rien, avec les compétences de chacun, beaucoup d'investissement, de sérieux, on a créé une entreprise qui a fait son chemin ». La confiance. « La Sare s'est doté d'un carnet de clients toujours plus nombreux, du soutien des élus et des fournisseurs et surtout la disponibilité de ses salariés ». Et de saluer son épouse en premier lieu qui accompagne le jeune chef d'entreprise dans cette aventure économique.
 
« Nous pouvons être fiers du chemin accompli », soulignera encore l'ancien chef d’agence d’une entreprise électrique qui a décidé de se lancer dans l'aventure industrielle, il y a un quart de siècle. Une entreprise qui a vu le jour à Mison, puis a transité par Peyruis, Les Mées avant son installation définitive à Chatêau-Arnoux Saint-Auban. La Sare compte un autre site d'exploitation à Saint-Raphaël (Var). 
Créée en 1993, la Sare a obtenu, en 1995, la certification ERDF (devenue Enédis, NDLR) et se diversifie en 2005 dans le domaine photovoltaïque. « Nous évoluons dans la construction, l’extension et la maintenance (dépannage) de réseaux HTA et BT » - haute et basse tension, NDLR - pour Enédis. « Au fil des années, nous avons diversifié les activités tout en étendant des métiers dans des domaines plus actuels comme le photovoltaïque » précise Julien Bague, président-directeur général de la Sare qui a succédé à son père à la tête de l'entreprise jarlandine.

Jusqu'en Azerbaïdjian !

Parmi les réalisations phares de la Sare, la toiture photovoltaïque de l’usine Arkéma à Saint Auban en 2008, alors considéré comme le plus grand chantier de ce type réalisé en France. Mais aussi le domaine Saint-Georges aux Mées, une concession automobile à Meyreuil, un cinéma à Saint-Raphaël, le site Proman à Manosque, le Crédit Agricole à Draguignan, les ombrières de Auchan Manosque. Surtout, le parc photovoltaïque du bâtiment de The Camp, à Aix-en-Provence (472 m²) et le stade Allianz Riviera à Nice (6 400m² de modules)… 
À l’actif de la société encore, des chantiers d'envergure nationale voire internationale comme cette centrale solaire de 80 000 panneaux réalisée en Azerbaïdjan. Dès 2010, l’entreprise élargit son champ d’action avec les syndicats intercommunaux d’électrification et la maintenance technique pour les centrales solaires. « Nous n’avons pas beaucoup de concurrents mais beaucoup de confrères » s'enorgueillit Julien Bague. En mars dernier, la société a obtenu les certifications Iso 9001 (relative au management et à la qualité) et 14001 (de performances environnementales). Une façon de singulariser par le haut !

La société compte une quarantaine de salariés et a réalisé un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros en 2017. Le site de Saint-Auban accueille un atelier, un parc matériel, un espace traitement des déchets et des bureaux. La base de Saint-Raphaël accueille aussi du stockage de matériel.

Article : Bernard Fali
Photos : Sare 
À voir

CCIT

Votre contact :

CCI des AHP
Tél : 04 92 30 80 80
Mail : accueil@digne.cci.fr