Conjoncture des entreprises des Alpes-de-Haute-Provence : vers de belles perspectives pour la fin d’année 2021

L’enquête de conjoncture est conduite chaque trimestre auprès des entreprises ressortissantes de la chambre de commerce et d’industrie des Alpes-de-Haute-Provence. La note de conjoncture du 5 octobre 2021 a été construite à partir d’une enquête réalisée au cours de l’été 2021 auprès de 666 entreprises.

Vers de belles perspectives de développement

Une situation en cours de consolidation

Lors de l’interrogation de notre panel d’entreprises qui s’est déroulée au cours de l’été, huit dirigeants interrogés sur dix déclaraient avoir retrouvé un niveau d’activité conforme à la normale, voire supérieur pour 7 % d’entre eux.

Depuis le 1er trimestre 2021, la situation des entreprises se consolide avec un retour aux niveaux d’activité ante-covid pour la grande majorité des entreprises.

Seule ombre au tableau, 30 % des cafetiers et restaurateurs déclarent encore subir un niveau d’activité inférieur à la normale. C’est néanmoins une franche amélioration par rapport à la fin du 2e trimestre où ils étaient plus de la moitié à être confrontés à ce cas de figure.

De belles perspectives de développement pour les prochains mois

Les entreprises productives, dans les secteurs de l’industrie et de la construction, affichent des carnets de commande particulièrement bien garnis et en progression aux 2e et 3e trimestre 2021.

Dans le même temps, la fin progressive des contraintes limitatives permet à la demande de s’adresser de plus en plus normalement aux entreprises commerciales et de services.

En conséquence, les entreprises anticipent une progression de leurs volumes d’affaires pour la 2e partie de l’année. Si la moitié des dirigeants interrogés anticipent une stabilisation de l’activité, près d’un tiers prévoient une augmentation de leurs chiffres d’affaires en fin d’année. Cette anticipation optimiste est plus répandue chez les dirigeants des entreprises de 10 salariés et plus où 42 % s’attendent à une augmentation de l’activité au 2e semestre.

Les chefs d’entreprises se montrent toujours optimistes

Près des trois-quarts des professionnels interrogés restent « confiants » voire « très confiants » en ce qui concerne leur entreprise : pérennité, niveau d’activité, perspectives de développement. Même si ces niveaux de confiance sont légèrement en retrait par rapport au 2e trimestre, ils restent 15 points au-dessus de ce qui a été mesuré au mois de janvier 2021.

Signe d’un climat des affaires bien orienté, le niveau de confiance des dirigeants envers l’économie locale ou nationale reste à un seuil élevé.

 

Les entreprises préoccupées par les difficultés d’approvisionnement et de recrutement

En premier lieu, il faut mettre en avant de satisfaction notable : près d’un quart des entreprises interrogées déclarent ne pas rencontrer de difficultés particulières.

Contrairement au début d’année, la baisse de la demande n’est plus le principal point de préoccupation des chefs d’entreprise même si cette thématique concernerait encore une entreprise sur cinq.

Au 3e trimestre, les dirigeants d’entreprises s’inquiètent plus particulièrement des difficultés d’approvisionnement et de recrutement. Les difficultés d’approvisionnement sont prégnantes dans l’industrie (42 % des entreprises concernées), la construction (46 %) et le commerce de gros (42 %). Quant à la problématique des ressources humaines, elle concerne surtout l’hôtellerie-restauration (30 % des entreprises impactées), la construction (31 %) et l’industrie (27 %).

 

Faisant écho à ces difficultés, une majorité de chefs d’entreprises concernés par les difficultés d’approvisionnement (industrie, construction et commerce de gros) considèrent qu’elles représentent une menace pour le développement de leur entreprise devant de potentielles nouvelles mesures limitatives d’exploitation.

Les délais de paiement restent stables

Les dirigeants interrogés se montrent globalement sereins en ce qui concerne l’évolution des délais de paiement de leurs clients qui seraient stables pour 84 % d’entre eux. Deux secteurs d’activité seraient concernés par une problématique de difficultés de paiements : la construction (26 % des entrepreneurs indiquent des délais de paiement rallongés) et le commerce inter-entreprises (20%).

 

Téléchargez la dernière note de conjoncture au format PDF

À voir