Conjoncture des entreprises des Alpes-de-Haute-Provence : une reprise dynamique en 2021

L’enquête de conjoncture est conduite chaque trimestre auprès d’un panel de plus de 700 entreprises ressortissantes de la chambre de commerce et d’industrie des Alpes-de-Haute-Provence. Du 20 mai au 18 juin 2021, 712 entreprises représentatives du tissu économique local ont participé à cette nouvelle vague d’enquête.

Une reprise d’activité dynamique et un climat des affaires qui s’embellit franchement

Un retour à des niveaux d’activité « normaux »

Les trois quarts des chefs d’entreprises interrogés indiquent avoir retrouvé au second trimestre un niveau d’activité conforme à la normale, voire supérieur pour une entreprise sur vingt. La situation s’est nettement améliorée depuis le premier trimestre avec un retour aux niveaux d’activité ante-covid pour les activités productives, du BTP et des commerces.

Tous les secteurs d’activité sont concernés à l’exception notable des cafés et restaurants où, à l’inverse, ils sont encore un plus de la moitié à déplorer un niveau d’activité inférieur aux années précédentes ; Un cafetier/restaurateur sur cinq resterait confronté à cette heure à une suspension d’activité. Néanmoins la situation s’est améliorée pour ce secteur d’activité par rapport au 1er trimestre où 95 % des cafetiers et restaurateurs déclaraient un niveau d’activité inférieur à la normale (60 % en suspension d’activité et 35 % en activité réduite).

Des perspectives d’augmentation des volumes d’affaires à court terme

La moitié des dirigeants d’entreprises considèrent que leur activité a d’ores et déjà trouvé son « rythme de croisière » et s’attendent à une stabilisation pour les prochaines semaines et appréhendent de façon positive la saison estivale. Un quart des professionnels s’attendent quant à eux à une montée en puissance à court terme avec une progression du chiffre d’affaires de leur entreprise.

Un retour marqué à un sentiment d’optimisme

Les trois-quarts des professionnels interrogés se disent « confiant » voire « très confiant » pour leur entreprise (pérennité, niveau d’activité…), c’est 19 points au-dessus de ce qui a été mesuré au mois de janvier 2021. Ce « rebond d’optimisme » est encore plus marqué s’agissant de l’économie locale ou nationale où le niveau de confiance progresse de près de 30 points entre janvier et juin de cette année.

Reflet des difficultés d’un secteur en cours de reprise, ce sont les chefs d’entreprise de l’hôtellerie-restauration qui manifestent le plus d’inquiétude concernant la pérennité de leur entreprise : ils sont encore plus d’un tiers à se déclarer « Assez inquiet » (24 %) voire « Très inquiet » (8 %).

 

Une nouvelle hiérarchie des points de préoccupation des entreprises

Si la baisse de la demande reste le principal point de préoccupation des chefs d’entreprise (il concerne encore 27 % des dirigeants interrogés), cette difficulté est en net reflux par rapport au début d’année où 60 % des dirigeants s’inquiétaient de cette problématique, soit un recul de 33 points en quelques mois.

A l’instar de la baisse de la demande, la quasi-totalité des points de préoccupation cités lors des précédentes vagues d’enquête sont en recul dont : la trésorerie (- 16 points), les délais de paiements (- 6 points) ou les difficultés de production (- 6 points).

Seule ombre au tableau, les difficultés d’approvisionnement concernent de plus en plus d’entreprises des secteurs de la construction (57 %, en hausse de 27 points par rapport à janvier), du commerce inter-entreprises (52 %, + 20 points) et dans une moindre mesure de l’industrie (36 %, + 9 points).

 

Une embellie qui concerne tous les lieux d’implantation des entreprises

Autant en termes de progression des niveaux d’activité que d’amélioration du climat des affaires, toutes les entreprises sont concernées quel que soit le lieu d’exercice de l’activité : la reprise est homogène aussi bien dans les zones urbaines et rurales du département que dans les zones d’activités périphériques et les centres-villes. Les divergences restent néanmoins sectorielles avec un secteur des cafés, hôtels et hébergeurs qui connait un début de reprise moins marqué que pour les activités commerciales ; l’industrie et la construction s’inscrivant dans une dynamique de poursuite du rebond de l’activité entamé depuis plusieurs mois.

À voir