Conjoncture des entreprises des Alpes-de-Haute-Provence : un recul d’activité marqué en 2020

Méthodologie : L’enquête de conjoncture est conduite chaque trimestre auprès des entreprises ressortissantes de la chambre de commerce et d’industrie des Alpes-de-Haute-Provence. 717 entreprises ont participé à cette dernière vague d’enquête qui s’est déroulée au cours du mois de janvier 2021. Cet échantillon d’entreprises, représentatif de la diversité territoriale, sectorielle et catégorielle du tissu économique départemental, emploie plus de 6 200 salariés et a généré en 2020 un chiffre d’affaires cumulé de 1,4 milliard d’euros.

Tous les secteurs d’activité sont concernés par un recul d’activité en 2020, mais pas toutes les entreprises

60 % des entreprises ont été confrontées à une baisse de leur chiffre d’affaires en 2020 avec de fortes divergences selon le secteur d’activité : la moitié des commerces sont concernés mais se sont plus de 8 cafetiers, hébergeurs et restaurateurs qui ont subi une baisse de leurs volumes d’affaires en 2020. Dans le même temps, 28 % des entreprises départementales ont vu leur chiffre d’affaires progresser l’année dernière et pour 12 % d’entre elles l’activité a été comparable entre 2019 et 2020.

 

L’impact des mesures restrictives sur l’activité des entreprises

En début d’année 2021, 4 entreprises sur 10 n’ont toujours pas retrouvé leur niveau d’activité « normal » : 14 % étaient confrontées à un arrêt total d’activité, 28 % à un niveau d’activité réduit. Cette moyenne cache encore une fois de fortes divergences sectorielles : 95 % des cafés, hôtels et restaurants connaissent en ce début d’année un niveau d’activité inférieur à la normale, mais c’est un tiers des commerces de détail, et « seulement » 16 % des professionnels du secteur de la construction. 

La principale difficulté des entreprises reste la baisse de la demande adressée

En début d’année 2021, la baisse de la demande adressée aux entreprises reste la principale préoccupation de ces dernières, loin devant la dégradation de la trésorerie et les problématiques d’approvisionnement. A nouveau, de fortes différences sectorielles se cachent derrière cette moyenne : 

plus de la moitié des cafetiers et restaurateurs sont préoccupés par leurs problématiques de trésorerie Interrogées,

un tiers des commerçants de détail indiquent souffrir de difficultés d’approvisionnement,

un tiers des industriels sont confrontés à des problèmes liés aux ressources humaines,

4 commerces de gros sur 10 subissent un allongement des délais de paiement de leurs clients.

 

En raison d’un manque de visibilité la majorité des entreprises n’anticipent pas d’amélioration notable à court terme

47 % des entreprises interrogées s’attendent à un nouveau recul de l’activité en ce début d’année, un peu moins d’une sur 10 prévoient une augmentation de leur chiffre d’affaires. Notons cependant que seulement 4 % des entreprises interrogées prévoient une diminution des effectifs, et elles sont 3 fois plus nombreuses (12 %) à anticiper des recrutements à moyen terme. Sectoriellement ce sont les entreprises de la construction qui sont les plus confiantes et les cafés, hôtels et restaurants qui sont les plus attentistes.

Télécharger la note de conjoncture au format PDF

À voir