Conjoncture des entreprises des Alpes-de-Haute-Provence : 2018 marque le pas

Les volumes d’affaires progressent en 2018 malgré une décélération généralisée de l’activité par rapport à 2017. Après une dynamique économique positive en 2017, on s’attendait à de belles perspectives pour 2018 Dans la continuité de la croissance de l’activité en 2017, les chefs d’entreprises s’attendaient à une franche progression des volumes d’affaires pour 2018. Plus des trois quarts des professionnels interrogés anticipaient ainsi à des chiffres d’affaires stables ou en hausse pour 2018. Un quart des dirigeants d’entreprise prévoyaient d’embaucher du personnel, notamment pour faire face à un accroissement de l’activité.

2018 marque le pas

Malgré un léger rebond de l’activité au 2e trimestre, après un fort ajustement à la baisse au 1er trimestre, la tendance 2018 se situe globalement en retrait par rapport à l’année dernière.
Aux 3e et 4e trimestres, l’activité constatée par les entreprises des Alpes-de-Haute-Provence reste en retrait par rapport à l’année d’avant.

L’industrie à la peine

Traditionnel moteur de l’économie provençale-alpine, avec un niveau d’activité supérieur à la moyenne des entreprises, les professionnels du secteur ont fait état en 2018 de difficultés inhabituelles.
Malgré des volumes d’affaires qui ont globalement progressé sur l’ensemble de l’année, le climat des affaires s’est particulièrement dégradé dans le secteur surtout en fin d’année.
Au 4e trimestre, près de 4 industriels sur 10 ont déclaré un chiffre d’affaires en repli par rapport au dernier trimestre de 2017. Quasiment une première depuis la création de cette enquête.
Faisant état de carnets de commandes peu étoffés, les professionnels du secteur ne voient pas d’éclaircies à court terme.

La fin de la reprise dans la construction ?

La situation globale du secteur, qui s’était inscrit dans une dynamique positive en 2017, s’est franchement dégradée tout au long de l’année.
Pour autant les volumes d’affaires se sont stabilisés en 2018 à un niveau comparable à 2017, mais les professionnels espéraient continuer sur cette franche dynamique de reprise.
Faisant état de carnets de commandes comparables à l’année dernière à la même période, les entreprises du secteur ne s’attendent pas à une franche reprise dans les prochains mois, ni à une dégradation notable.

Le commerce moins dynamique qu’en 2017

Après avoir affiché une très belle dynamique en fin 2017, le commerce a subi une grosse correction en 2018 par rapport à des anticipations optimistes et ce malgré un léger rebond au 2e trimestre. Ainsi, en fin d’année 2018, 4 commerçants sur 10 ont vu leur chiffre d’affaires reculer.
Les commerçants se montrent attentistes et ne s’attendent pas à un rebond de l’activité au cours des premiers mois de 2019 malgré les mesures de soutien au pouvoir d’achat des ménages.

Un bilan des soldes mitigé entre centre-ville et zones commerciales

Une petite majorité des commerçants interrogés (53 %) déclarent être satisfaits des derniers soldes. Cette tendance est très hétérogène selon l’implantation de l’activité : le taux de satisfaction grimpe à 83 % pour les enseignes présentes en zones commerciales et chute à 43 % pour les activités de centre-ville.

En moyenne, fréquentation et chiffres d’affaires sont stables par rapport aux soldes d’hiver 2018, même si un tiers des commerçants interrogés indiquent un repli de l’activité. Les détaillants en équipement de la maison, s’en sont mieux sortis que les commerçants en équipement de la personne.

Services : les CHR en difficulté

C’est la mauvaise surprise de cette année dans un secteur d’activité qui avait connu des développements très favorables en 2017. En moyenne, il semblerait qu’il y ait eu un ralentissement global du secteur en fin d’année.
La situation s’est notamment dégradée dans les cafés, hôtels et restaurants (CHR) : près de la moitié des professionnels interrogés indiquent un repli d’activité au 4e trimestre.

Hors CHR, même si c’est un peu moins dynamique que l’année dernière, les professionnels se montrent globalement satisfaits avec de belles perspectives pour le 1er semestre 2019.D

Divergences catégorielles

Les très petites entreprises en difficultés

Alors que c’était les grandes gagnantes du franc sursaut d’activité de 2017, entamant un processus de convergence de dynamique avec les entreprises les plus grandes, les TPE se sont montrées en difficulté en 2018 ; dés la première moitié de l’année de l’année dernière, ce phénomène de rattrapage a été stoppé net.
En 2018, plus d’un tiers des entreprises de moins de 10 salariés font état de chiffres d’affaires en recul par rapport à 2017.

Un début de décélération pour les entreprises les plus grandes

Un tiers des entreprises de 10 salariés et plus interrogées indiquent une progression de leurs rythmes d’affaires en 2018. Dans le même temps, le nombre d’entreprises qui rencontrent des difficultés est allé en s’accroissant au cours de l’année.
Au 4e trimestre , ce sont un quart des entreprises de 10 salariés et plus qui indiquent une contraction de leur activité.

Contrastes territoriaux

Durance-Luberon-Verdon-Agglomération

Ce sont les entreprises situées sur le périmètre de DLVA qui ont été les plus touchés par le ralentissement de l’activité. 4 professionnels du territoire sur 10 font état d’un repli d’activité au 4e trimestre 2018.

Provence-Alpes-Agglomération

La baisse est moins prononcée pour les entreprises situées sur le territoire de la CA PAA même s’ils sont un tiers à accuser un ralentissement de leur activité.
Le phénomène de convergence que nous voyons se profiler depuis plusieurs trimestres entre deux territoires aux dynamiques qui étaient un peu éloignées à finit par se produire.

 

Source : Enquête de conjoncture auprès de 690 établissements des Alpes-de-Haute-Provence réalisée en Février 2019.

À voir