Biotech APB, la protection en priorité

Créée à Manosque il y a 10 ans, la TPE Biotech APB France s’est notamment spécialisée dans la conception de produits antiseptiques, insecticides et cosmétiques à base d’huiles essentielles.

Protéger le consommateur. Tel est le point de départ de la démarche qui a poussé Erick Venturelli à créer son entreprise il y a près de 10 ans. Installée à Manosque, Biotech APB propose plusieurs gammes de produits pour l’environnement, désinfectants, insecticides, destructeurs d’odeurs et, désormais, cosmétiques conçus sur la base d’un principe qui compte parmi les deux principales vocations de la société : « essayer de limiter le plus possible les produits de synthèse ». L’autre vocation : mettre l’accent sur la santé de l’utilisateur. « Nous estimons qu’un produit désinfectant qui abîme la peau n’est pas un bon produit », estime ce docteur en chimie et en géologie, longtemps responsable d’un laboratoire d’analyse avant de décider de concevoir lui-même ses propres formules. « En tant que chimiste, j’ai toujours analysé des produits divers et variés. A force, je me suis dit que je pouvais peut-être en fabriquer ».
« Nous avons commencé par travailler pour les sociétés de nettoyage », indique la directrice commerciale de l’entreprise, Catherine Gora.
Des produits qui répondaient également à une demande pressante dans le secteur médical, notamment. « Les personnels soignants sont amenés à se laver les mains un grand nombre de fois par jour. Or, les solutions antiseptiques qui leur étaient proposées, étaient toutes à base d’alcool, ce qui est très irritant pour la peau.  », explique le gérant. A présent, ils ont à disposition un gel nettoyant sans alcool. « unique au monde », insiste Catherine Gora avant de souligner une autre particularité des produits conçus par Biotech APB France : l’utilisation adéquate des extraits de plantes et huiles essentielles. Ainsi, des produits anti-acariens susceptibles d’être utilisés dans les chambres d’enfants. « Usuellement, dans les pharmacies, on utilise des produits pesticides, précise Erick Venturelli. Mais ce sont des produits qui ont une rémanence importante. C’est le cas notamment de la deltaméthrine. Si on en utilise dans une chambre, par exemple, ce composé chimique va imprégner le matelas pendant plusieurs mois, et accentuer les risques d’allergies. Nous avons trouvé une formule exclusivement à base d’huiles essentielles. Au niveau toxicité, ça n’a rien à voir ». Et offre des possibilités qui sont loin d’avoir toutes été exploitées. « Quand on sait les manipuler convenablement, il y a un nombre de possibilités incalculable avec les huiles essentielles », s’enthousiasme Catherine Gora. Erick Venturelli confirme : « On n’a pas encore exploré toutes les possibilités des plantes en général. On n’en découvre pas tous les jours, mais presque ! »
Forte d’une activité croissante, actuellement principalement tournée vers l’export, qui représente les trois quarts de son chiffre d’affaires, la société expédie ses produits jusqu’en Thaïlande, à Hong-Kong, aux Etats-Unis et, depuis peu, en Australie. « On a vraiment commencé à travailler fort l’année dernière. Nous avons actuellement quelques contrats en cours de négociation qui laissent présager un bel avenir », estime Erick Venturelli, qui cherche par ailleurs de nouveaux locaux, à même de favoriser le développement de son entreprise. « Pour bien faire, il faudrait qu’on ait déménagé entre juin et septembre 2017 ».

Article et photos : Stéphanie Martin

CCIT

Votre contact :

CCI des AHP
Tél : 04 92 30 80 80
Mail : accueil@digne.cci.fr