+ 2 % : progression moyenne des chiffres d’affaires des entreprises en 2016

L’activité économique est peu dynamique sur la deuxième partie de 2016 malgré un timide rebond au 4e trimestre 2016. Pour les premiers mois de 2017, les chefs d’entreprises anticipent un repli de l’activité, plus particulièrement pour les TPE. Les différences sectorielles sont très marquées avec un rebond de l’industrie, une progression des volumes d’affaires du BTP et un commerce de détail dynamique. A contrario, le commerce de gros et les services éprouvent des difficultés notables en fin d’année.

Un timide rebond de l’activité au 4e trimestre 2016

En moyenne, les chiffes d’affaires des entreprises ont progressé de 2 % en 2016 et les effectifs ont augmenté de 1,5 %. Malgré un trou d’air au 1er trimestre 2016, l’activité des entreprises est bien orienté jusqu’au 2e trimestre. Le 3e trimestre a marqué un coup d’arrêt de l’orientation franchement à la hausse du climat des affaires. Difficile de ne pas y voir les conséquences du climat anxiogène lié aux attentats de juillet à Nice.

Perspectives plutôt pessimistes pour la première partie de 2017

Les chefs d’entreprises anticipent un repli de l’activité sur les premiers mois de 2017 mais l’emploi devrait rester stable. Tout secteur confondus, ce sont les dirigeants des TPE qui se montrent les plus inquiets : un tiers d’entre eux prévoient un recul de leur chiffre d’affaires au 1er trimestre (activité qui serait néanmoins stable pour la majorité d’entre eux).

Industrie

Après un léger repli au 3e trimestre 2016, l’activité industrielle a redémarré au 4e trimestre 2016 en dépit de livraisons internationales qui reculent.
L’activité a globalement été atone sur l’année 2016 avec une stagnation des chiffres d’affaires (+0,5%). La faiblesse de la demande internationale est un des facteurs explicatifs de cette faible dynamique : les exportations ont reculé de 8,5 % en 2016, notamment dans les filières-phares du département (Cosmétique - 6 % et Industries agricoles et agro-alimentaires - 4 %).

Si l’indicateur sectoriel du climat des affaires remonte sensiblement au 4e trimestre, les perspectives restent très maussades et témoignent du manque de visibilité des professionnels.
Pour le 1er trimestre 2017, les carnets de commandes restent peu étoffés (même si nous sommes sur une amélioration)

Construction

L’état du secteur de la construction reste complexe.
Les volumes d’affaires progressent significativement en 2016 notamment en raison de la progression de la commande publique et privée en termes de locaux professionnels.
Malgré des carnets de commande plutôt bien garnis, et en progression, les professionnels du secteur n’envisagent pas de véritable reprise du secteur à moyen terme (premiers mois de 2017). Ils espèrent pour cela une accélération de la commande privée de logements qui fait défaut (- 14 % en 2016, logements collectifs divisés par trois en un an).

Commerce

L’activité du secteur est très contrastée avec d’un côte un commerce de détail florissant (notamment au 4e trimestre) et de l’autre côté le commerce de gros qui accuse une baisse d’activité notable aux 3e et 4e trimestres 2016.

Le secteur profite pleinement d’une demande locale bien adressée (on estime que la consommation locale a progressé de 5 % en 2016).
Le commerce de gros se montre le plus pessimiste pour les perspectives de court terme faisant état de carnets de commande peu remplis.

Services

Sur l’ensemble de l’année les transactions ont progressé dans le secteur (+ 2 %).
Les prestataires de services subissent une baisse d’activité sur la deuxième partie de l’année 2016. Activité qui est restée néanmoins stable pour les professionnels du tourisme (cafés, hôtels et restaurants).
Campings : Après deux années de baisse, le nombre de nuitées de progresse de 3 % emmenée par la clientèle étrangère (+ 6 %)
Hôtellerie : Forte baisse de la clientèle étrangère (- 13 %) qui n’aura pas été compensée par la légère hausse de la clientèle française (+ 1,6%). Globalement, les nuitées ont reculées de 2,4 % en 2016.

Les PME bénéficiaires du rebond de l’activité

A l’instar de la tendance régionale, la situation des très petites entreprises (TPE) reste précaire ; ce sont les entreprises de plus grande taille (à partir de 10 salariés) qui bénéficient majoritairement du rebond de l’activité au 4e trimestre.

Situation financière des entreprises : des marges qui se stabilisent

Bien qu’encore faibles, les marges des entreprises se stabilisent depuis 2015. Un quart des professionnels interrogés font état de marges en baisse quand près des deux-tiers indiquent qu’elles se stabilisent en 2016. A l’instar des marges, les chefs d’entreprises font état de trésoreries plus saines.

Méthodologie

Enquête trimestrielle auprès de 540 établissements des Alpes-de-Haute-Provence (90 entreprises réparties sur 6 secteurs d’activité) sur les données quantitatives (chiffre d’affaires et effectifs) et l’appréciation des chefs d’entreprises (niveau d’activité constaté, prévisions, situation financière). Le panel d'entreprises interrogées couvre 6500 emplois salariés et 1 milliard € de chiffre d'affaires annuel.

À voir

CCIT

Votre contact :

Laurent POMÈS
Tél : 04 92 30 59 89
Mail : observatoire@digne.cci.fr